Evolute Institute

Dois-je microdoser ou macrodoser les psychédéliques ? | Les voies de la croissance personnelle avec la psilocybine et le LSD

Table des matières

Les auteurs: Dmitrij Achelrod (PhD), Nino Galvez Leferink | Image d'illustration par Mikael Kristenson

Le domaine du développement personnel a été témoin de l'avènement des substances psychédéliques en tant qu'outils de transformation. Fondés sur des recherches scientifiques, les psychédéliques ont démontré des effets substantiels sur le cerveau et ont été associés à des avantages pour le bien-être mental et l'enrichissement spirituel, en particulier dans le contexte d'expériences à haute dose visant à améliorer la santé mentale.

Cependant, de plus en plus de personnes trouvent qu'il n'est pas pratique de s'adonner régulièrement à des voyages à forte dose de psilocybine ou s'inquiètent parfois de l'intensité de ces voyages à forte dose. Au lieu de cela, ils essaient d'inclure dans leur vie quotidienne des dosages réguliers de psychédéliques, tels que la psilocybine ou le LSD, en quantités beaucoup plus faibles. Cette pratique est appelée microdosage psychédélique.

Le microdosage et le macrodosage sont deux modalités qui offrent des voies distinctes pour le développement et la découverte de soi, chacune utilisant une dose et un contexte différents pour notre chemin de croissance personnelle. Cet article examine le potentiel du microdosage et du macrodosage pour le développement personnel, en comparant leurs avantages et leurs inconvénients. Il nous a fallu des semaines pour rédiger cet article et passer en revue les données disponibles sur le microdosage et le macrodosage afin que tu n'aies pas à le faire. Nous espérons qu'il t'éclairera sur la voie à suivre. 

1. Qu'est-ce que le microdosage ?

microdosage de psychédéliques, faible intensité

Le microdosage consiste à prendre des quantités "micro" ou très petites, sub-perceptuelles, de substances telles que le LSD ou la psilocybine. Les doses sont généralement une petite fraction d'une dose complète qui serait utilisée pour le macrodosage. On parle généralement de 1/5 à 1/20 d'une macrodose. Les partisans de cette méthode affirment qu'elle améliore l'humeur, la productivité, la pleine conscience, la créativité et la cognition sans altérations perceptives significatives ni expériences psychédéliques. Comme l'indique l'article "Comment la Silicon Valley a redécouvert le LSD"[1] montre, le microdosage est vanté par les esprits créatifs et les chefs d'entreprise pour sa propension à cultiver une pensée hors du commun et une productivité accrue, dépassant ainsi les limites du développement personnel pour toucher à l'excellence professionnelle.

La récente montée en popularité du microdosage trouve son origine dans le livre de James Fadiman publié en 2011, "The Psychedelic Explorers Guide" (Le guide des explorateurs psychédéliques).[2] Cette publication a fait connaître le concept de microdosage au grand public, déclenchant une vague de témoignages, de couverture médiatique et d'études scientifiques sur le sujet. L'un des témoignages les plus populaires sur les effets positifs du microdosage est le livre d'Ayelet Waldman intitulé "A Really Good Day".[3] Ayelet Waldman, une avocate fédérale qui a connu le succès, a lutté contre une profonde dépression sous sa réussite extérieure. Inspirée par les travaux de James Fadiman sur le microdosage, elle a décidé d'essayer elle-même et a vécu une profonde transformation. Pour la première fois, elle a senti que quelque chose l'aidait à lutter contre sa dépression. Elle a surmonté ses sautes d'humeur et a acquis une nouvelle confiance en elle. Ce voyage a non seulement modifié sa santé mentale, mais a aussi fondamentalement changé sa perspective sur la vie.

2. Résumé des preuves scientifiques

Bien que tous ces rapports individuels sur les effets positifs du microdosage semblent séduisants, la question est de savoir si ces affirmations anecdotiques sur le microdosage peuvent vraiment être corroborées.


Ce qui est clair, c'est que l'évaluation scientifique des avantages du microdosage n'en est qu'à ses débuts. Malheureusement, la réponse à la question de savoir si le microdosage est vraiment efficace n'est pas claire. Alors que certaines recherches suggèrent des avantages tangibles du microdosage, d'autres études offrent des preuves moins convaincantes, montrant des avantages minimes ou inexistants. Par exemple, une récente étude d'observation impliquant près de 1000 personnes microdosées en psilocybine et près de 200 participants non microdosés sur une période d'un mois a révélé des améliorations modestes de l'humeur et de la santé mentale, cohérentes entre les différents groupes démographiques et états de santé mentale.
[4] Ces résultats s'alignent sur les nombreux témoignages personnels qui vantent les effets positifs du microdosage.

Cependant, toutes les recherches sur le microdosage ne donnent pas des résultats aussi positifs. Une étude notable a utilisé un essai contrôlé randomisé, l'étalon-or pour éliminer les effets placebo, impliquant 34 participants.[5] Ils ont été divisés, la moitié recevant de la psilocybine et l'autre moitié un placebo. Malgré quelques améliorations subjectives du bonheur et de la créativité, et même des modifications de l'activité cérébrale enregistrée par EEG, l'étude n'a trouvé aucune preuve concrète d'une amélioration de la créativité, du bien-être ou des fonctions cognitives avec la psilocybine à faible dose. Cette recherche soutient la théorie selon laquelle les avantages perçus lors d'un microdosage à ces niveaux inférieurs pourraient en grande partie découler de l'attente[6]Ce qui suggère que des doses plus élevées pourraient être nécessaires pour obtenir des effets thérapeutiques.

L'étude la plus complète sur le microdosage a été réalisée par Polito et al. en 2022. Après avoir examiné 44 études, dont certaines ont été publiées dans les années 1960, les auteurs sont arrivés à la conclusion suivante : Il existe de bonnes preuves que le microdosage psychédélique peut diminuer la perception de la douleur[7]et influencent la conscience subjective. Les améliorations en matière de santé mentale, de troubles liés à l'utilisation de substances et de fonctionnement psychologique n'ont pas pu être prouvées avec certitude.[8]

Le résumé de leurs conclusions est présenté dans le tableau suivant, séparé par type d'étude.

Aperçu de haut niveau des effets du microdosage (adapté de Polito et al. 2022)
Effets observés à partir d'auto-évaluations et d'études en laboratoire Effets signalés dans les auto-évaluations mais insuffisamment étudiés en laboratoire Effets signalés dans les rapports personnels, mais non confirmés en laboratoire
Altération de la perception du temps Amélioration de la santé mentale Élévation de l'humeur
Augmentation du seuil de la douleur Diminution de la consommation de drogues Des liens sociaux renforcés
Changements dans l'état de conscience Une plus grande participation Amélioration des processus mentaux
  L'esprit vagabonde de moins en moins Conscience émotionnelle accrue
  Changements dans les traits de personnalité Amélioration de l'énergie
  Meilleure compréhension psychologique  
  Connexion avec la nature  
  Bien-être général  
  Amélioration de la pensée créative  

3. Comment puis-je bénéficier du microdosage ?

Humeur et santé mentale

Le microdosage a été couramment associé à une amélioration de l'humeur dans diverses études qualitatives, rétrospectives, prospectives et en laboratoire[9], [10]. Il a également été associé à des scores de dépression plus faibles, bien que certaines études, en particulier les études de laboratoire bien contrôlées, n'aient pas trouvé de changements significatifs dans les scores de dépression, d'affect négatif ou d'affect positif les jours de dosage.[11], L'impact sur l'anxiété et le stress a donné des résultats mitigés, certaines études faisant état d'une diminution et d'autres d'une augmentation ou de résultats mitigés.[11], [12] Des améliorations en matière de toxicomanie ont été signalées, en particulier dans les études qualitatives, le microdosage étant lié à une réduction du tabagisme et de la toxicomanie. Cependant, ces effets n'ont pas été largement étudiés en laboratoire.[6] De plus, certaines études ont associé le microdosage à une amélioration de la santé mentale générale et à une réduction de la gravité des TOC. [7], [9]-[26]

Bien-être et attitudes

Trois études qualitatives et une étude rétrospective ont fait état d'une augmentation du bien-être, de l'épanouissement personnel, de l'efficacité personnelle et de la résilience. Cependant, aucune étude en laboratoire n'a encore examiné ces aspects. [6], [8], [15], [27]

Créativité et cognition

Plusieurs études ont indiqué que le microdosage peut être associé à une augmentation de la créativité[28]Les résultats de ces études ont permis de constater une amélioration de la pensée convergente et divergente. Cependant, les résultats ne sont pas uniformes dans toutes les études. Certaines études ont montré des changements dans les tâches comportementales neurocognitives, comme des impacts sur la perception du temps et l'attention sélective, mais là encore, les résultats varient, certaines études ne rapportant pas d'effets significatifs.[13]-[15], [16], [18], [21], [22], [29]-[31] 

Personnalité

Les rapports sur les changements de personnalité dus au microdosage étaient moins cohérents. Certaines études ont fait état d'une augmentation de traits tels que l'ouverture et l'extraversion, tandis que d'autres n'ont pas trouvé de changements significatifs dans les cinq grands traits classiques de la personnalité. Notamment, la plupart des expériences se sont concentrées sur les changements aigus plutôt que sur les changements à long terme, ce qui limite la compréhension des altérations durables de la personnalité. Les études ont systématiquement fait état d'une augmentation des sentiments, des attitudes et des comportements interpersonnels, ce qui indique une amélioration des relations et des liens interpersonnels. [6], [9], [12], [18], [21], [22], [27], [32]-[34]

Changements dans l'état de conscience

Malgré les affirmations selon lesquelles le microdosage est sub-perceptuel, des preuves suggèrent qu'il entraîne des changements dans la conscience subjective. Une analyse qualitative a indiqué des changements dans l'état psychophysiologique, caractérisés par une présence accrue et une clarté perceptuelle, considérés comme essentiels pour les effets bénéfiques du microdosage. [18], [20], [22], [22], [30], [35]-[42]

En résumé, les premières études indiquent des avantages potentiels ; cependant, la communauté scientifique plaide en faveur de recherches plus approfondies et de meilleure qualité pour étayer ces résultats.

4. Le microdosage est-il sûr ?
Tes dangers cachés du microdosage

Nous ne disposons pas de suffisamment de preuves sur les risques liés à une utilisation à long terme. Mais l'une des plus grandes inquiétudes est que l'utilisation prolongée de psilocybine en microdosage pourrait provoquer une cardiopathie valvulaire en raison de l'activation chronique des récepteurs 2B de la sérotonine.[43]

La cardiopathie valvulaire (VHD) implique l'altération des valves cardiaques responsables de la gestion de la circulation sanguine dans et hors du cœur, ce qui entraîne des symptômes tels que l'essoufflement, la faiblesse générale et même le risque de mort subite d'origine cardiaque. Les médicaments qui interagissent fortement avec le récepteur 2B de la sérotonine (5HT2B) ont été mis en cause comme cause potentielle de la maladie de von Willebrand. Par exemple, jusqu'à un quart des consommateurs chroniques de méthylergonovine, de méthysergide, d'ergotamine, de pergolide, de cabergoline et de fenfluramine, des médicaments courants délivrés sur ordonnance, développent une maladie cardio-vasculaire. Cela est probablement dû au fait que ces médicaments présentent une affinité marquée pour les récepteurs 5HT2B.[44] Le LSD et la psilocybine étant connus pour leur liaison au récepteur 5HT2B, cela peut être inquiétant lorsque ces substances sont utilisées en petites doses constantes sur de longues périodes.

Dans une étude portant sur 29 consommateurs de MDMA qui ont pris en moyenne 3,6 pilules de MDMA par semaine pendant plus d'une demi-décennie, on a constaté que près d'un tiers d'entre eux souffraient d'un trouble de l'hyperactivité vésicale (THA) léger à modéré. Il s'agit d'un contraste notable avec un groupe de contrôle, où aucun cas de VHD n'a été rapporté.[45] Cette étude signale une tendance inquiétante, car le LSD et la psilocybine, couramment utilisés dans le microdosage, se lient plus fortement au récepteur 5HT2B que la MDMA. Il est très clair que des recherches supplémentaires sur la sécurité du microdosage sont nécessaires avant qu'il puisse être considéré comme sûr.

Un autre inconvénient du microdosage pourrait être la tolérance que le corps développe à l'égard de ces substances, ce qui les rend inefficaces si elles ne sont pas suivies dans le cadre d'un régime structuré où la prise fait l'objet d'une pause. La tolérance semble se développer plus rapidement avec le LSD qu'avec la psilocybine.[46] 

5. Macrodosage de psychédéliques dans un contexte de retraite

macrodosage de psychédéliques, haute intensité

Le macrodosage, quant à lui, consiste à consommer une dose importante ou "macro" d'une substance psychédélique. Une approche qu'il vaut mieux entreprendre dans le cadre d'une retraite sûre, légale et bien encadrée. Pour savoir comment choisir une retraite psychédélique bien animée qui te convienne, consulte le site suivant cet article.

Une expérience de macrodose bien guidée induit une expérience puissante caractérisée par des altérations significatives de la perception, de l'humeur et des processus cognitifs. Souvent, cette expérience est décrite, comme l'a fait le professeur Roland Griffiths, chercheur pionnier, comme "ineffable", ce qui signifie que l'on ne peut pas mettre de mots sur l'expérience. Les participants à l'étude ont décrit leur parcours de macrodosage comme l'une des expériences les plus profondes de leur vie, les comparant à la naissance de leurs enfants ou au décès d'un proche ou d'un être cher.[47] Si tu es toujours curieux, tu peux trouver notre tentative de description. ici. Une macro-dose, dans un environnement idéal, peut créer une expérience profondément significative, perspicace et introspective qui, lorsqu'elle est intégrée efficacement, peut avoir des effets bénéfiques persistants sur la compréhension de soi, le bien-être émotionnel, la vision de la vie et la croissance spirituelle d'une personne.[47] Les bénéfices d'une expérience psychédélique à macrodose ne dépendent pas d'une prise continue de la substance. Au contraire, de nombreuses personnes rapportent qu'une expérience psychédélique à macrodose a été si significative qu'elle leur a montré suffisamment de choses pour qu'elles les intègrent et prennent des mesures pendant des années.

En contraste frappant avec le microdosage, il existe un ensemble substantiel de preuves scientifiques montrant que le macrodosage (en particulier avec la psilocybine) est, dans les bonnes conditions ( !),une pratique sûre [48]-[51]et peut avoir des effets positifs chez les populations malades et en bonne santé sur un large éventail de facteurs, allant des dimensions psychologiques comme l'humeur, au bien-être spirituel en passant par les changements physiologiques comme l'augmentation de la neuroplasticité. [52]-[57]

L'intensité du macrodosage peut être écrasante, ce qui peut entraîner un malaise psychologique temporaire. Par conséquent, il est fortement recommandé de bénéficier d'un encadrement professionnel dans un cadre favorable afin de garantir la sécurité et de maximiser les avantages de l'expérience. Les participants doivent toujours faire l'objet d'un dépistage de certains troubles psychiatriques préexistants, de leur stabilité psychologique et d'autres facteurs (par exemple, antécédents médicaux, prise de médicaments...) par des professionnels médicaux qualifiés avant de s'engager dans un voyage de macrodosage. Sinon, un voyage macrodose peut faire plus de mal que de bien et déstabiliser les personnes.  

Les substances couramment utilisées pour le macrodosage dans les contextes de retraite sont les "psychédéliques classiques" qui comprennent la psilocybine (champignons magiques), le LSD, le DMT (ayahuasca) et la mescaline (peyotl et cactus San Pedro), choisis en fonction de leur profil psychoactif et de la durée et de la profondeur souhaitées de l'expérience.

Quelque chose entre la micro-dose et la macro-dose

l'intensité augmente avec un bouton à mesure que la dose de psychédéliques augmente

Dans notre article intitulé "Un coup d'œil dans l'esprit psychédéliqueDans l'article intitulé "L'expérience de la drogue", nous décrivons comment la relation entre la dose que l'on prend et ce que l'on expérimente peut être comparée à un cadran. À mesure que tu montes le cadran, en prenant une dose plus élevée, l'expérience devient plus intense et la personne influencée devient plus vulnérable. Alors oui, il y a beaucoup de choses entre une micro-dose et une macro-dose.

Nous pensons que l'attrait d'une microdose réside dans le fait qu'il n'y a pas de risque de ce que l'on appelle "mauvais voyage"Elle peut être utilisée de façon plus décontractée, dans la vie de tous les jours, et elle est plus abordable qu'une retraite bien animée. Il peut être utilisé de manière plus décontractée, dans la vie de tous les jours, et il est plus abordable qu'une retraite bien animée. Cependant, le microdosage ne pourra jamais offrir à quelqu'un la profondeur d'expérience et le potentiel de transformation qu'il peut avoir lorsqu'il subit une expérience psychédélique macrodosée. Il est normal de craindre davantage une telle expérience, car nous ne voulons pas vivre une mauvaise expérience et nous ne savons pas qui nous serons après la fin du voyage en macrodose.

Avant de se lancer dans l'inconnu d'une expérience macropsychédélique, il est normal et sain de ressentir de l'excitation et une légère nervosité. En se préparant correctement, en étant guidé et en se trouvant dans le bon environnement, on peut apprendre à faire confiance, à s'abandonner et à se laisser aller à l'expérience. C'est la clé pour éviter qu'un "mauvais voyage" ne se produise (en plus de s'assurer de l'admissibilité médicale, bien sûr). Si tu es curieux d'en savoir plus sur les mauvais voyages, leurs causes et les moyens de les éviter, jette un coup d'œil à cet article.

Quel dosage utilisons-nous dans nos programmes de retraite psychédélique ?

Dans nos programmes de retraite psychédélique EvoLEAD et EvoCORE, l'équipe d'animation sur place, composée de médecins, de psychologues cliniciens et d'animateurs de cérémonies, décide soigneusement d'une dose de truffes psychédéliques sur mesure pour chaque participant. Nous ne travaillons pas avec des microdoses, car nous fabriquons un contenant sûr pour une expérience plus profonde. Le dosage que reçoit chaque participante est en partie déterminé par les résultats du dépistage médico-psychologique, mais aussi en gardant à l'esprit ce que la participante à la retraite veut découvrir et ce à quoi elle est prête. Enfin, elle est également basée sur la façon dont la participante réagit au travail de respiration de style holotropique que nous faisons habituellement le premier jour des retraites (le travail de respiration holotropique aide à se familiariser avec les états modifiés de conscience et sert de préparation à l'expérience de la truffe contenant de la psilocybine le jour suivant).

7. Conclusion : Microdosage vs. Macrodosage

Comme nous l'avons vu, le microdosage et le macrodosage servent des voies différentes et potentiellement complémentaires d'épanouissement et de développement personnel. Cependant, l'impact qu'ils ont sur notre vie est très différent.

Le microdosage est souvent le régime de choix pour ceux qui cherchent à améliorer subtilement leur vie quotidienne, par exemple en se donnant un petit coup de pouce créatif. Les preuves scientifiques des bienfaits du microdosage ne sont pas solides et justifient des recherches plus approfondies. Le microdosage de psychédéliques sur des périodes prolongées peut poser des problèmes de sécurité.

D'autre part, le macrodosage, en particulier dans le contexte d'une retraite psychédélique bien animée, est recherché pour sa capacité à faciliter une profonde introspection, un développement psychologique transformationnel et/ou une intégration ("guérison"), sans qu'il soit nécessaire d'en faire un usage continu. Les preuves scientifiques de l'innocuité et de l'efficacité des psychédéliques macrodosés (en particulier la psilocybine) sont solides.

En guise de conclusion : quelle que soit la manière dont tu t'engages avec une substance psychédélique, mais surtout lorsque la dose augmente, on ne soulignera jamais assez l'importance d'une bonne préparation, d'un bon encadrement, d'une bonne orientation, d'un bon réglage, d'une bonne compréhension et d'un bon soutien pour que l'expérience soit bénéfique et sans danger. Jette un coup d'œil à notre article COMMENT CHOISIR UNE RETRAITE PSYCHÉDÉLIQUE QUI RÉSONNE AVEC TES VALEURS ET TES CROYANCES PERSONNELLES ? pour avoir une meilleure idée de ce qu'il faut rechercher lorsqu'on envisage de faire appel à un prestataire de retraites psychédéliques. 

N'oublie pas que nous ne donnons pas de conseils médicaux et que tu dois toujours demander l'aide d'un professionnel de la santé avant de prendre une décision concernant la consommation de psychédéliques.

 

Bibliographie sur le microdosage

[1] H. Kuchler, " Comment la Silicon Valley a redécouvert le LSD ", Financial Times, 10 août 2017. Accédé : 27 nov. 2023. [En ligne]. Available: https://www.ft.com/content/0a5a4404-7c8e-11e7-ab01-a13271d1ee9c

[2] "Le guide de l'explorateur psychédélique | Le manuel du Dr James Fadiman offre des conseils utiles et bien informés à ceux qui recherchent "le divin intérieur" à travers les plantes sacrées et les substances psychédéliques." Consulté : 27 nov. 2023. [En ligne]. Disponible : https://www.psychedelicexplorersguide.com/

[3] "Une très bonne journée par Ayelet Waldman : 9781101973721 | PenguinRandomHouse.com : Books", PenguinRandomhouse.com. Accessed : 27 nov. 2023. [En ligne]. Disponible : https://www.penguinrandomhouse.com/books/545767/a-really-good-day-by-ayelet-waldman/

[4] J. M. Rootman et al, "Psilocybin microdosers demonstrate greater observed improvements in mood and mental health at one month relative to non-microdosing controls," Sci. Rep, vol. 12, no. 1, Art. no. 1, Jun. 2022, doi : 10.1038/s41598-022-14512-3.

[5] F. Cavanna et al, "Microdosing with psilocybin mushrooms : a double-blind placebo-controlled study", Transl. Psychiatry, vol. 12, no. 1, art. no. 1, août 2022, doi : 10.1038/s41398-022-02039-0.

[6] L. S. Kaertner et al, "Positive expectations predict improved mental-health outcomes linked to psychedelic microdosing," Sci. Rep, vol. 11, no. 1, Art. no. 1, Jan. 2021, doi : 10.1038/s41598-021-81446-7.

[7] J. G. Ramaekers et al, "A low dose of lysergic acid diethylamide decreases pain perception in healthy volunteers," J. Psychopharmacol. Oxf. Engl., vol. 35, no. 4, pp. 398-405, avr. 2021, doi : 10.1177/0269881120940937.

[8] V. Polito et P. Liknaitzky, "La science émergente du microdosage : A systematic review of research on low dose psychedelics (1955-2021) and recommendations for the field," Neurosci. Biobehav. Rev., vol. 139, p. 104706, août 2022, doi : 10.1016/j.neubiorev.2022.104706.

[9] " Johnstad, P. G. (2018). Des substances puissantes en quantités infimes : Une étude par interview sur le microdosage psychédélique. Études nordiques sur l'alcool et les drogues, 35(1), 39-.

[10] " Anderson, T., Petranker, R., Christopher, A., Rosenbaum, D., Weissman, C., Dinh-Williams, L.-A., Hui, K. et Hapke, E. (2019a). Avantages et défis du microdosage psychédélique : un livre de code empirique. Harm Reduction Journal, 16(1), 43.".

[11] L. P. Cameron, C. J. Benson, L. E. Dunlap et D. E. Olson, "Effects of N, N-Dimethyltryptamine on Rat Behaviors Relevant to Anxiety and Depression," ACS Chem. Neurosci.", vol. 9, n° 7, p. 1582-1590, juil. 2018, doi : 10.1021/acschemneuro.8b00134.

[12] "La psilocybine produit des diminutions substantielles et durables de la dépression et de l'anxiété chez les patients atteints de cancer en phase terminale : A randomized double-blind trial - Roland R Griffiths, Matthew W Johnson, Michael A Carducci, Annie Umbricht, William A Richards, Brian D Richards, Mary P Cosimano, Margaret A Klinedinst, 2016." Consulté : 27 nov. 2023. [En ligne]. Available: https://journals.sagepub.com/doi/full/10.1177/0269881116675513

[13] J. Fadiman et S. Korb, "Might Microdosing Psychedelics Be Safe and Beneficial ? An Initial Exploration", J. Psychoactive Drugs, vol. 51, no. 2, p. 118-122, 2019, doi : 10.1080/02791072.2019.1593561.

[14] T. Lea, N. Amada, H. Jungaberle, H. Schecke et M. Klein, "Microdosing psychedelics : Motivations, subjective effects and harm reduction", Int. J. Drug Policy, vol. 75, p. 102600, janv. 2020, doi : 10.1016/j.drugpo.2019.11.008.

[15] M. Webb, H. Copes, et P. S. Hendricks, "Narrative identity, rationality, and microdosing classic psychedelics", Int. J. Drug Policy, vol. 70, pp. 33-39, août 2019, doi : 10.1016/j.drugpo.2019.04.013.

[16] T. Anderson et al, " Microdosing psychedelics : personality, mental health, and creativity differences in microdosers ", Psychopharmacology (Berl.), vol. 236, no. 2, pp. 731-740, Feb. 2019, doi : 10.1007/s00213-018-5106-2.

[17] N. R. P. W. Hutten, N. L. Mason, P. C. Dolder et K. P. C. Kuypers, "Motives and Side-Effects of Microdosing With Psychedelics Among Users", Int. J. Neuropsychopharmacol, vol. 22, no. 7, pp. 426-434, juil. 2019, doi : 10.1093/ijnp/pyz029.

[18] B. Szigeti et al, "Self-blinding citizen science to explore psychedelic microdosing," eLife, vol. 10, p. e62878, Mar. 2021, doi : 10.7554/eLife.62878.

[19] N. R. P. W. Hutten et al, "Mood and cognition after administration of low LSD doses in healthy volunteers : A placebo controlled dose-effect finding study," Eur. Neuropsychopharmacol. J. Eur. Coll. Neuropsychopharmacol, vol. 41, p. 81-91, déc. 2020, doi : 10.1016/j.euroneuro.2020.10.002.

[20] H. Isbell, "Comparison of the reactions induced by psilocybin and LSD-25 in man," Psychopharmacologia, vol. 1, pp. 29-38, 1959, doi : 10.1007/BF00408109.

[21] V. Polito et R. J. Stevenson, " A systematic study of microdosing psychedelics ", PLOS ONE, vol. 14, no. 2, p. e0211023, fév. 2019, doi : 10.1371/journal.pone.0211023.

[22] A. K. Bershad, S. T. Schepers, M. P. Bremmer, R. Lee et H. de Wit, "Effets subjectifs et comportementaux aigus de microdoses d'acide lysergique diéthylamide chez des volontaires humains en bonne santé", Biol. Psychiatry, vol. 86, n° 10, p. 792-800, nov. 2019, doi : 10.1016/j.biopsych.2019.05.019.

[23] A. K. Bershad et al, "Preliminary Report on the Effects of a Low Dose of LSD on Resting-State Amygdala Functional Connectivity," Biol. Psychiatry Cogn. Neurosci. Neuroimaging, vol. 5, no. 4, pp. 461-467, avr. 2020, doi : 10.1016/j.bpsc.2019.12.007.

[24] A. Kjellgren, A. Eriksson, et T. Norlander, "Experiences of Encounters with Ayahuasca-'the Vine of the Soul'," J. Psychoactive Drugs, vol. 41, no. 4, pp. 309-315, déc. 2009, doi : 10.1080/02791072.2009.10399767.

[25] P. Gasser, K. Kirchner et T. Passie, "LSD-assisted psychotherapy for anxiety associated with a life-threatening disease : a qualitative study of acute and sustained subjective effects," J. Psychopharmacol. Oxf. Engl., vol. 29, no. 1, p. 57-68, janv. 2015, doi : 10.1177/0269881114555249.

[26] F. A. Moreno, C. B. Wiegand, E. K. Taitano, et P. L. Delgado, "Safety, tolerability, and efficacy of psilocybin in 9 patients with obsessive-compulsive disorder," J. Clin. Psychiatry, vol. 67, no. 11, pp. 1735-1740, Nov. 2006, doi : 10.4088/jcp.v67n1110.

[27] T. Anderson et al, "Psychedelic microdosing benefits and challenges : an empirical codebook," Harm. Reduct. J., vol. 16, no. 1, p. 43, juil. 2019, doi : 10.1186/s12954-019-0308-4.

[28] J. N. Bonnieux, B. VanderZwaag, Z. Premji, A. Garcia-Romeu, et M. A. Garcia-Barrera, "Psilocybin's effects on cognition and creativity : A scoping review", J. Psychopharmacol. (Oxf.), vol. 37, no. 7, pp. 635-648, Jul. 2023, doi : 10.1177/02698811231179801.

[29] L. Prochazkova, D. P. Lippelt, L. S. Colzato, M. Kuchar, Z. Sjoerds et B. Hommel, " Exploring the effect of microdosing psychedelics on creativity in an open-label natural setting ", Psychopharmacology (Berl.), vol. 235, no. 12, p. 3401-3413, déc. 2018, doi : 10.1007/s00213-018-5049-7.

[30] S. Yanakieva, N. Polychroni, N. Family, L. T. J. Williams, D. P. Luke et D. B. Terhune, " The effects of microdose LSD on time perception : a randomised, double-blind, placebo-controlled trial ", Psychopharmacology (Berl.), vol. 236, no. 4, pp. 1159-1170, avr. 2019, doi : 10.1007/s00213-018-5119-x.

[31] J. Wackermann, M. Wittmann, F. Hasler, et F. X. Vollenweider, "Effects of varied doses of psilocybin on time interval reproduction in human subjects," Neurosci. Lett., vol. 435, no. 1, pp. 51-55, avr. 2008, doi : 10.1016/j.neulet.2008.02.006.

[32] D. Erritzoe et al, "Effects of psilocybin therapy on personality structure", Acta Psychiatr. Scand, vol. 138, no. 5, pp. 368-378, 2018, doi : 10.1111/acps.12904.

[33] "Les compagnons imaginaires dans l'enfance : Que peut nous dire la recherche longitudinale prospective sur leur sort à l'adolescence ?", doi : 10.1002/jocb.468.

[34] T. GREINER, N. R. BURCH et R. EDELBERG, "Psychopathology and Psychophysiology of Minimal LSD-25 Dosage : A Preliminary Dosage-Response Spectrum," AMA Arch. Neurol. Psychiatry, vol. 79, no. 2, pp. 208-210, Feb. 1958, doi : 10.1001/archneurpsyc.1958.02340020088016.

[35] F. Tylš, T. Páleníček, et J. Horáček, "Psilocybine-résumé des connaissances et nouvelles perspectives", Eur. Neuropsychopharmacol. J. Eur. Coll. Neuropsychopharmacol., vol. 24, no. 3, pp. 342-356, mars 2014, doi : 10.1016/j.euroneuro.2013.12.006.

[36] F. Hasler, U. Grimberg, M. A. Benz, T. Huber et F. X. Vollenweider, "Acute psychological and physiological effects of psilocybin in healthy humans : a double-blind, placebo-controlled dose-effect study," Psychopharmacology (Berl.), vol. 172, no. 2, pp. 145-156, Mar. 2004, doi : 10.1007/s00213-003-1640-6.

[37] F. Holze et al, "Distinct acute effects of LSD, MDMA, and D-amphetamine in healthy subjects", Neuropsychopharmacology, vol. 45, no. 3, art. no. 3, fév. 2020, doi : 10.1038/s41386-019-0569-3.

[38] C. C. Wagner et O. Langer, "Approaches using molecular imaging technology - use of PET in clinical microdose studies," Adv. Drug Deliv. Rev., vol. 63, no. 7, p. 539, Jun. 2011, doi : 10.1016/j.addr.2010.09.011.

[39] R. J. Strassman, C. R. Qualls, E. H. Uhlenhuth et R. Kellner, "Dose-Response Study of N,N-Dimethyltryptamine in Humans : II. Subjective Effects and Preliminary Results of a New Rating Scale," Arch. Gen. Psychiatry, vol. 51, no. 2, pp. 98-108, Feb. 1994, doi : 10.1001/archpsyc.1994.03950020022002.

[40] R. R. Griffiths et al, "Psilocybin-occasioned mystical-type experience in combination with meditation and other spiritual practices produces enduring positive changes in psychological functioning and in trait measures of prosocial attitudes and behaviors," J. Psychopharmacol. (Oxf.), vol. 32, no. 1, pp. 49-69, janv. 2018, doi : 10.1177/0269881117731279.

[41] E. Studerus, A. Gamma, et F. X. Vollenweider, "Psychometric Evaluation of the Altered States of Consciousness Rating Scale (OAV)," PLOS ONE, vol. 5, no. 8, p. e12412, Aug. 2010, doi : 10.1371/journal.pone.0012412.

[42] R. A. Sewell, J. H. Halpern, et H. G. Pope, "Response of cluster headache to psilocybin and LSD," Neurology, vol. 66, no. 12, pp. 1920-1922, Jun. 2006, doi : 10.1212/01.wnl.0000219761.05466.43.

[43] “Serotonin receptors and heart valve disease—It was meant 2B – ScienceDirect.” Accessed: Nov. 27, 2023. [Online]. Available: https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S016372581100074X?via%3Dihub

[44] T. Papoian et al, "Regulatory Forum Review* : Utility of in Vitro Secondary Pharmacology Data to Assess Risk of Drug-induced Valvular Heart Disease in Humans (Utilité des données de pharmacologie secondaire in vitro pour évaluer le risque de cardiopathie valvulaire induite par les médicaments chez les humains) : Regulatory Considerations", Toxicol. Pathol., vol. 45, no. 3, pp. 381-388, avr. 2017, doi : 10.1177/0192623317690609.

[45] S. Droogmans et al, "Possible association between 3,4-methylenedioxymethamphetamine abuse and valvular heart disease," Am. J. Cardiol., vol. 100, no. 9, pp. 1442-1445, Nov. 2007, doi : 10.1016/j.amjcard.2007.06.045.

[46] S. Baumann, R. Carhart-Harris, D. Nutt, D. Erritzoe, et B. Szigeti, "Evidence for tolerance in psychedelic microdosing from the self-blinding microdose trial". PsyArXiv, 19 octobre 2022. doi : 10.31234/osf.io/s4qhf.

[47] R. R. Griffiths, W. A. Richards, U. McCann, et R. Jesse, "Psilocybin can occasion mystical-type experiences having substantial and sustained personal meaning and spiritual significance," Psychopharmacology (Berl.), vol. 187, no. 3, pp. 268-283, août 2006, doi : 10.1007/s00213-006-0457-5.

[48] A. T. Hodge, S. Sukpraprut-Braaten, M. Narlesky, et R. C. Strayhan, "The Use of Psilocybin in the Treatment of Psychiatric Disorders with Attention to Relative Safety Profile : A Systematic Review", J. Psychoactive Drugs, vol. 55, no. 1, pp. 40-50, janv. 2023, doi : 10.1080/02791072.2022.2044096.

[49] S. Dodd et al, "Psilocybin in neuropsychiatry : a review of its pharmacology, safety, and efficacy", CNS Spectr, vol. 28, no. 4, pp. 416-426, août 2023, doi : 10.1017/S1092852922000888.

[50] P. Sharma et al, "Psilocybin history, action and reaction : A narrative clinical review", J. Psychopharmacol. (Oxf.), vol. 37, no. 9, pp. 849-865, sept. 2023, doi : 10.1177/02698811231190858.

[51] D. Kaminski et J. P. Reinert, "The Tolerability and Safety of Psilocybin in Psychiatric and Substance-Dependence Conditions : A Systematic Review", Ann. Pharmacother. p. 10600280231205645, oct. 2023, doi : 10.1177/10600280231205645.

[52] D. B. Goel et S. Zilate, "Effets thérapeutiques potentiels de la psilocybine : A Systematic Review", Cureus, vol. 14, no. 10, p. e30214, doi : 10.7759/cureus.30214.

[53] J. van Amsterdam et W. van den Brink, " The therapeutic potential of psilocybin : a systematic review ", Expert Opin. Drug Saf., vol. 21, no. 6, pp. 833-840, juin 2022, doi : 10.1080/14740338.2022.2047929.

[54] S. Shnayder, R. Ameli, N. Sinaii, A. Berger et M. Agrawal, " Psilocybin-assisted therapy improves psycho-social-spiritual well-being in cancer patients ", J. Affect. Disord., vol. 323, pp. 592-597, fév. 2023, doi : 10.1016/j.jad.2022.11.046.

[55] K. M. Baker, C. M. Ulrich et S. H. Meghani, "An Integrative Review of Measures of Spirituality in Experimental Studies of Psilocybin in Serious Illness Populations", Am. J. Hosp. Palliat. Med., vol. 40, no. 11, pp. 1261-1270, nov. 2023, doi : 10.1177/10499091221147700.

[56] E. Whinkin, M. Opalka, C. Watters, A. Jaffe et S. Aggarwal, "Psilocybin in Palliative Care : An Update," Curr. Geriatr. Rep., vol. 12, no. 2, p. 50-59, juin 2023, doi : 10.1007/s13670-023-00383-7.

[57] R. Nardou et al, " Psychedelics reopen the social reward learning critical period ", Nature, vol. 618, no. 7966, art. no. 7966, juin 2023, doi : 10.1038/s41586-023-06204-3.

 

Qui connais-tu Qui d'autre serait intéressé par cet article ?
Partager via
S'abonner à la lettre d'information insights
Au maximum, une fois toutes les deux semaines.
Ampoule représentant les idées du blog
Ampoule représentant les idées du blog

Fais avancer ta quête de croissance et d'amélioration du bien-être.

Inscris-toi à l'entretien en direct avec l'expert Evolute

Des idées révolutionnaires par des penseurs de premier plan en conversation avec nos hôtes Evolute. Acquiers des connaissances uniques sur ton propre chemin de croissance personnelle, professionnelle et spirituelle. Gratuitement. 

En t'inscrivant, tu acceptes de recevoir des communications de Evolute Institute. Tes données ne seront pas partagées avec des tiers.

"Quand je laisse tomber ce que je suis, Je deviens ce que je pourrais être".

- Lao-Tseu

Recevoir des informations et des mises à jour sur les événements de Evolute Institute